Ouvertes sur la plaine, les Reculées échancrent le premier plateau par des incisions abruptes. Les versants sont composés dans leur partie supérieure de puissantes corniches.

Lorsque l'exposition est bonne, les corniches constituent un microclimat particulier qui a permis l'installation et le maintien de formations végétales aux affinités méditerranéennes. Les reculées se complètent d'autres curiosités naturelles comme les grottes, les porches rocheux, les sources ou les belvédères.

Les contraintes très fortes de la topographie des reculées ont entraîné une urbanisation rurale très linéaire, économe en occupation du sol, au fond des vallées exploitées parcimonieusement. Par contre, au débouché des reculées, les bourgs se sont installés et développés, reliées à l'Ouest par les grands axes routiers et ferrés qui longent le Revermont, du Sud-Ouest au Nord-Ouest.

Villages-rues ou quartiers de villes au parcellaire très serré et aux voies étroites, où les cintres des portes de granges et des caves rythment les longs alignements de façades, escaliers, trappes métalliques des caves enterrées, murs de pierre, fontaines, partout on retrouve cette particularité d'un tissu bâti d'une densité extrême qui entretient un dialogue très fort avec les hautes falaises et les coteaux pentus qui les dominent et qui se sont couverts de végétation au fur et à mesure que disparaissent vignes et vergers et plus généralement l'activité agricole.